Union Sportive La Charité Basket

Retour à l'accueil
Vous êtes ici › accueil › actualités

Actualités

Revue de presse du 2 novembre (SG1)

Revue de presse du 2 novembre (SG1)

Publié le 02/11/2009

On les avait quittés au terme d’une rencontre de très b o n n e
facture, la semaine dernière, face à Beaumarchais.
On les a retrouvés amorphes,hier, à l’occasion de
leur déplacement à La Tour de Salvagny. Les Charitois reviennent défaits de leur déplacement dans le Rhône. Laissent
ainsi échapper une quatrième victoire d’affilée. Se
font rejoindre au classement par une meute de
quatre équipes. Et provoquent la colère de leur entraîneur.
Joël Delaby résume la rencontre.
« Nous n’avons eu aucune fierté sur le terrain. Onsavait que La Tour était une formation combattante.
Nous n’avons pas répondu.» Il étaye son propos en rappelant une statistique déroutante pour les Charitois : « Nous
n’avons pas gagné un seul quart temps.»
« On prend un 7-0 en 45 secondes au premier quart », poursuit-il.
« Nous avons rendu une pâle copie de basket . » Huit points de retard à la fin du premier quart, neuf à la mi-temps,
La Charité n’a pourtant pas été gênée « par une défense particulière, ni par un joueur qui a planté 45 points ». Ce
n’était tout simplement pas une équipe « extraordinaire
» en face, explique Joël Delaby.
Le problème était donc seulement du côté de La
Charité. « Une défaite reste une défaite, on ne va pas tout remettre en cause. Mais en tant qu’entraîneur, ça fait mal de voir
son équipe peu vaillante. On ne perd pas sur notre basket, et ça m’ennuie beaucoup », conclut Joël
Delaby. ■ "Le Journal du Centre du 1 novembre"

La Tour a mis fin, samedi, à la bonne série de La Charité (7460),
qui restait sur trois victoires de rang. Au delà de la défaite,
concevable en déplacement, c’est surtout la manière qui a déplu à Joël Delaby. L’entraîneur reproche à ses joueurs de n'avoir montré aucun orgueil et d’avoir rendu une pâle copie de basket. « On n’a pas été guerrier. C’est la première fois que je vois les joueurs ne pas mouiller le maillot. » « Très déçu du comportement » de ses
troupes, le manager a préféré ne pas débriefer à
chaud, à l’issue de la rencontre. Son adjoint, Romuald Brahim, admet que les Charitois ont été « surpris par l’agressivité de La
Tour. Nos adversaires se sont jetés sur tous les ballons
et, sans présenter de gabarits impressionnants, ont joué physique, parfois à la limite. Les arbitres se sont montrés cohérents, mais ont souvent trop laissé jouer ».
Même « s’il manque toujours des rotations, notamment à la mène pour suppléer Romain Petit* et qu’Olivier Simonet souffrait du dos», aucun Charitois n’a réussi à « sortir du lot offensif ». Seuls
d o u ze pa n i e r s à de u x points ont été inscrits par
les Nivernais ! « Au niveau du scor ing, nous avons mis du temps à entrer dans la partie », constate Romuald Brahim . À la pause, les Nivernais possédaient déjà neuf points de débours. Pourtant victorieux lors de leur dernier déplacement , à l ’ A L E M o n t ferrand, il y a deux semaines, ils n'ont pas fait preuve de la même solidité. « Plus que le physique,c’est mentalement que les
joueurs n’ont pas tenu », renchérit le technicien.
« Les joueurs ont été surpris par l’agressivité, la dureté du jeu et n’ont pas su réagir. Nous avons manqué d’agressivité offensive
et défensive. Nous nous sommes mis à défendreà trois minutes de la fin. »
Avant La Charité, le leade r Sa i n t Just ,qui est tombé samedi, à Curgy, avait eu besoin de la prolongation pour s’en sortir à La Tour. Et le CSL Dijon, deuxième, avait eu toutes les peines du monde à raisonner ces mêmes joueurs (76-72).
« Il faut se remettre en cause »
« On apprend. C’est ce genre de match qui met en exergue nos carences et qui nous permet d’avancer. Mais lorsque nous
aurons récupéré Cédric Sérèmes et Anouar Yadane (blessés), ça ira mieux », promet Romuald Brahim. En attendant, « il faut se
remettre en cause », souffle Joël Delaby. « Car il ne
suffit pas de bien jouer lorsqu’on est poussé par 500 personnes. »
« Ils doivent une revanche», poursuit l’entraîneur, attend une réaction samedi , aux Clairs-Bassins,
face au dernier Sorbiers. « Nous n’avons plus de marge de
manœuvre et nous n’avons pas le droit à l’erreur à domicile », signale-t-il encore, conscient que sa formation fait encore l’apprentissage de la Nationale 3. ■ "Le Journal du Centre du 2 novembre"
Retour a la liste


© Union Sportive La Charité Basket 2018 | Crédits | Mentions légales | Contact
Plus Groupe Simonneau Saur Ville de La Charité sur Loire Conseil Général de la Nièvre